7 octobre 2015

[B.A.-BA] La médialité dans ses grandes lignes

« Celui qui contrôle les médias contrôle les esprits. » ~ Jim MORRISON

Bonjour !

S’il semble évident à tout le monde ou presque que les nouvelles que nous avons du monde qui nous entoure tient essentiellement aux médias (au sens large du terme), peut être est-il moins évident d’admettre que ces mêmes médias ont sans doute perdu de vue la raison pour laquelle ils ont été créés.

Ce débat ne date pas d’hier et l’exemple le plus notoire du vingtième siècle reste sans nul doute celui de la catastrophe de Tchernobyl (et je ne me réfère pas seulement à l’histoire du nuage qui s’était soi-disant arrêté à nos frontières mais à tous les non-dits de la Bataille de Tchernobyl).

A l’époque, cela amenait des questionnements sur la position, le rôle, les obligations des journalistes, seulement voilà, avec les évolutions techniques et technologiques, les médias ne s’arrêtent désormais plus aux journaux mais à toute forme de support.

C’est pourquoi, au lieu de poser un regard critique sur les médias et ses petites fourmis, nous allons nous interroger dans cette rubrique sur la médialité.

Ok, cool, super… mais c’est quoi la « médialité » ?

En temps normal, je vous recommanderais d’ouvrir immédiatement un dictionnaire mais dans le cas présent, c’est peine perdue, ce mot n’y est sans doute pas référencé (paradoxal quand on sait qu’il découle d’un terme utilisé dès Aristote et qu’un équivalent existe dans de nombreuses langues, là encore sans définition officielle).

Du coup, on va s’appuyer sur la définition retenue par une majorité de chercheurs et écrivains.

La médialité qualifie donc l’ensemble des potentialités d’entreposage, de traitement et de transmission d’une donnée.
A mes souhaits, merci.
En français dans le texte, la médialité c’est le champ des possibles en terme de « je pose une donnée, je traite une donnée, je transmets une donnée… ».

Là, ça a encore l’air beau.
Maintenant précisons que la médialité tient compte d’un spectre large donc quand on parle du champ des possibles, on inclue la possibilité de publication de données volontairement faussées ou encore la publication de données sur pot-de-vin (l’argent étant bien une médialité, id est, une technique rendant possible l’agissement d’un média).

En gros, étudier la médialité, c’est se poser la question de comment un média médiatise.

Ok… et le lien entre médialité et tribalité ?

Mais il est élémentaire mon cher Watson !
Le lien c’est qu’une étude de médialité permet de savoir si un média favorise une tribalité ascendante (élévation des masses) ou descendante (manipulation des masses en vue d’une déshumanisation).

La section « Médialité » du site, c’est votre repaire pour savoir si ce que vous voyez tous les jours dans les journaux ou entendez systématiquement à la radio est ou non à votre bénéfice.

Soyons clairs, dans la majorité des cas, vous allez découvrir qu’on vous ment (par omission ou manipulation de faits) en vue de vous faire aimer ce que vous détestiez et inversement.

D’ailleurs pour méditer sur ce sujet, rien de mieux que cette très (trop) réaliste citation de Philippe BOUVARD :

« Les médias tiennent leurs informations moitié des gens qui souhaitent faire dire du bien d’eux-mêmes, moitié de ceux qui voudraient faire dire du mal des autres.« 

[B.A.-BA] La médialité dans ses grandes lignes
Notez cet article.

Laisser un commentaire