θYPA : Le mystère du vaisseau fantôme. VERDICT : délicieusement intriguant

ANNONCES

θYPA : Le mystère du vaisseau fantôme, un livre d’Angélique Leymarie.

Comme j’aime beaucoup lire et que j’adore partager mes points de vue sur les lectures, je me suis dit qu’il serait sympa de proposer une parenthèse sur le site, un coin lecture, où je publierai les chroniques qu’on me commanderait.

Angélique Leymarie m’a confié « θYPA : Le mystère du vaisseau fantôme » via SimPlement.pro.

J’ai reçu la version brochée du livre, ce qui me permet de vous dire que la couverture est aussi épatante, voire plus encore, qu’on l’imagine à partir de la miniature que l’on peut trouver sur SimPlement.pro 🙂

Ce livre était présenté comme une oeuvre de science-fiction, autant dire que j’étais pressée de le lire; encore plus après le petit mot (à la calligraphie impressionnante !) qui accompagnait le roman et me souhaitait une bonne lecture.

En avant toute pour le compte-rendu !

θYPA : Le mystère du vaisseau fantôme : la présentation officielle.

En l’an 3016, Laurence, technicienne au Centre National d’Études Spatiales, est envoyée en mission de reconnaissance sur un vaisseau inconnu qui s’est placé en orbite autour de la Terre. C’est à cette occasion qu’elle rencontre Adam, cosmonaute renommé, dont le comportement déplacé et puéril, très éloigné de son caractère sérieux et professionnel, la rebute. Et pourtant, ils devront faire équipe et s’allier pour le meilleur et le pire. 

En effet, une surprise dangereuse et mortelle les attend à bord de ce vaisseau. Auront-ils le temps de découvrir la vérité sur tous ces mystères avant l’ultime confrontation qui décidera de leur sort ?

Ma réaction à la présentation.

Hmmmm d’un côté je suis bien tentée, de l’autre j’ai un peu peur que le style me déplaise (je suis très portée sci-fi post apo) mais allons-y, on verra bien ce que ça donnera.

θYPA : Le mystère du vaisseau fantôme : qu’en penser après la lecture ?

Honnêtement, j’ai trouvé ce livre paradoxalement intriguant dans le sens où il revêt une forme que j’ai trouvé très classique et un fond vraiment atypique, le tout enveloppé dans des pratiques risquées et pourtant bien menée.

Une forme qui épouse l’histoire sans tomber dans des défauts pourtant au détour de la plume…

Pour des raisons que je ne peux expliquer sans vous révéler des détails cruciaux du livre, en plusieurs points certains dialogues ont besoin d’être prononcés à plusieurs reprises (je vous laisse avec vos 10 000 idées farfelues sur le pourquoi du comment dans un univers sci-fi).

Ce risque est quasiment la charpente du récit, la pièce maîtresse de l’architecture littéraire de ce roman et aurait pu faire s’effondrer l’histoire comme un vulgaire château de carte à la moindre imperfection de placement; ce n’est pas le cas ici et en cela, Angélique Leymarie relève déjà un défi de très grande importance !

Le niveau de vocabulaire employé est bien travaillé, à la fois accessible et spécifique quand il le faut; pas de coquille d’orthographe relevée à la lecture « normale » (i.e. je ne me suis pas forcée à prendre mon temps pour traquer les fautes, un lecteur lambda ne le fera pas, sauf « grammar nazi » mais on ne peut plus rien pour leur cas), pas de mise en page hasardeuse, bref, la forme est impeccable, premier bon point.

Un fond au rythme ajusté

Deuxième bon point : le fond colle à la forme.

Lorsque le rythme est lent, on est dans les pensées des personnages, les réflexions, l’introspection, les sentiments.

Lorsque le rythme est plus urgent, cassé, on est dans l’action, la panique, la gestion de crise, l’agression.

Au global, la progression de l’histoire est cohérente, sans faux pas, sans clichés, sans raccourcis faciles.
S’il est emprunt de références, ce récit ne les laisse pas transparaître; l’univers est bien écrit et surtout, point essentiel de la sci-fi, décrit bien un futur probable dont chaque élément est dûment justifié, les personnages se posant eux-mêmes les questions qu’un amateur du genre soulèverait au fur et à mesure de la lecture.

Le scénario est à part, à la fois simple et complexe, pas haletant mais pour autant vous ne reposerez jamais le livre qui se lit vraiment avec une grande facilité; la qualité de l’histoire vous amène à la fin de l’épilogue pour vous laisser sur un « oh, déjà fini ?! » parce que vous aurez dévoré le roman entier sans même vous en apercevoir (alors qu’on n’est pas sur du format numérique !).

J’aime… un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout ?

J’ai beaucoup aimé.

Je ne dirai toutefois pas passionnément, à cause de deux éléments relativement subjectifs.

D’abord, il y a les sentiments d’une personne qui sonnent comme une évidence trop marquée dès le départ du récit qui m’ont posé problème; je ne sais pas si on peut croire au hasard, au destin, au coup de foudre ou à la providence au point que cela paraisse « normal » (oui je noie le poisson sur la nature du bug dans mon esprit, je ne spoil rien !) mais je pense que d’autres pourront y adhérer.

Ensuite… il y a l’épilogue.
Même si je sais qu’il est cohérent avec l’histoire, les personnages et leur caractère… je m’attendais à autre chose sans pouvoir précisément dire quoi, comme s’il y avait une forme de potentiel restant à exploiter.
Néanmoins la fin s’inscrit toujours dans la démarche sci-fi et la lignée de l’histoire, donc je ne prétends pas dire qu’elle est « dérangeante » ou « inadaptée », je pense qu’en fait on se laisse emporter par une superbe histoire et qu’on se dit qu’il peut y avoir encore plus, c’est tout (fallait que je fasse ma chieuse sur un point, les plus fidèles le savent).

Remerciements et infos utiles.

Un grand merci, Angélique Leymarie, pour cette lecture qui fût effectivement plaisante !
Même en restant davantage fan des univers post apo et des dystopies (comme La destinée des désolations d’Arnaud Niklaus), cette histoire m’a plutôt bien convaincue 🙂

Si vous avez aimé cette chronique et que vous avez envie de lire ce livre, sachez que vous pouvez vous le procurer chez Amazon au format Broché pour 19.48 € !

Pour les écrivain-e-s qui liront cette chronique : si vous êtes auto-édité-e-s, sachez que je travaille à l’élaboration d’une plateforme qui vous permettra de gagner en visibilité, en fidélisation et en volume de vente; si l’idée vous tentez, suivez notre page FaceBook et celle de l’association Club des Entrepreneurs Tribaux, des informations suivront courant Janvier (pour bien débuter l’année).

ANNONCES

Julie FERRIER
A propos Julie FERRIER 18 Articles
Informaticienne d'étude conduisant des recherches complémentaires en communication et en tribalité, Julie dispense des cours publics dans le supérieur en tant qu'enseignante vacataire ainsi que des cours privés des classes primaires aux classes préparatoires. Elle se définit comme "solutionneuse" et a pour but fondamental de contribuer à une démocratisation de l'accès à la connaissance et au partage de connaissances sans discrimination aucune.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*