Comment la cupidité nous empêche d’accroître notre richesse

Que ce soit pour notre confort et notre plaisir, pour celui de nos proches, pour servir autrui et aider l’Humanité, nous rêvons tou.te.s tôt ou tard de richesse.
Et pourtant, seule une poignée d’entre nous l’obtiendrons.
Pourquoi ? Parce que nous sommes cupides.

Comment la cupidité nous empêche d’accroître notre richesse, voire même de débuter à la constituer ?
C’est la question du jour, avec ses solutions, évidemment.

1 – La cupidité nous pousse à vouloir atteindre le sommet sans gravir les échelons.

Quand on a presque rien, on veut tout avoir.
En soi, ça n’est pas un problème mais quand on veut tout avoir sans rien faire ou presque, là par contre ça pêche forcément.

Et c’est là le premier problème de la cupidité, à vouloir faire fortune sans investir, ne serait-ce que du temps, on finit inéluctablement par dépenser le peu qu’on a dans du vide.
C’est ce qui fait qu’une personne qui vit sous le seuil de pauvreté va dépenser jusqu’à 1500 euros par an dans des jeux d’argent / des loteries avec l’espoir d’améliorer un tout petit peu son quotidien et en sacrifiant en réalité le peu de confort et de stabilité qu’elle a sans s’en rendre compte.

2 – La cupidité ne nous apprend pas à être riche, seulement à avoir une fortune à dépenser.

A ne chercher à obtenir de l’argent que par une méthode « facile » où le gain est à la fois massif et soudain, on ne peut pas être réellement riche.
Si vous cherchez depuis 15 ans à gagner à la loterie, le jour où vous remporterez un million, vous allez le dilapider et vous retournerez au point de départ.

La richesse, ce n’est pas ça.
Si on veut faire fortune et vivre dans un confort durable, il faut investir, placer, faire fructifier une partie de l’argent qu’on acquiert, pour créer des rentes régulières.
Autrement, on peut tenter sa chance autant qu’on veut, on ne vivra son rêve qu’un seul jour.

3 – La cupidité nous fait passer à côté de véritables opportunités à moyen et long terme.

Comme on veut gagner de grosses sommes, on écarte d’office ce qui ne correspond pas à ce critère subjectif.
Vous pourriez gagner 20 € / mois, cash, vous ne le feriez sans doute pas, parce que vous trouveriez la somme trop peu importante.
Pourtant cela vous permettrait de couvrir la baisse des APL, d’aller au cinéma, d’acheter un livre, d’offrir un cadeau à un.e proche.

Et si vous pouviez obtenir cette somme autant de fois qu’il existe de sources pour l’engranger, vous pourriez gagner 40, 60, 80, 100 euros, voire plus par mois.
Et donc décupler ce que vous pouvez mettre de coté et réinvestir plus tard.

Ainsi vous pourriez financer un micro-projet en échange de dividendes à long terme ou encore cumuler assez d’argent pour acheter un garage ou un terrain dont la location vous apporterait ensuite de quoi vous protéger de toute difficulté financière.

La question est alors de savoir ce que vous allez faire pour réellement constituer un pactole qui puisse vous assurer de vivre confortablement et d’aider les autres.

1 – Être riche en ne dépensant que l’argent que nous avons pas.

Alors oui, dit comme ça, vous allez dire « bah ouais, dur de dépenser des sous quand tu as rien sur ton compte.
Mais en fait ça va plus loin que ça.

Disons que vous voulez commencer à être riche et que vous décidez de l’être en montant un petit projet pro ou semi-pro.
Vous allez investir un peu d’argent pour constituer un capital social et vous allez créer votre logo et vos cartes de visite.

Première erreur !

Votre logo oui, si vous le faites vous-même, c’est un temps investi qui vous permet de signer des documents, comme un premier mot digital.
Mais pour les cartes de visite, vous utilisez un argent que vous n’avez pas encore.
Il va falloir attendre votre premier.e client.e.

Et si vous vous dites que c’est idiot, qu’il vous faut des cartes de visite pour démarcher une clientèle, il est urgemment temps pour vous de suivre un stage d’entrepreneuriat 🙂

Vous avez saisi comment on ne dépense que ce que l’on a ?
Passons à l’étape 2 : investir un pourcentage de ce que l’on récolte (avec une somme minimale mensuelle)

2 – Être riche en dépensant de la bonne façon.

Cela fait un moment que vous avez débuté votre activité, vous avez des revenus plus ou moins réguliers, il est donc temps de savoir quoi en faire.
Voici une petite règle simple, que nous conseillons à toute personne qui veut à la fois pouvoir profiter de ses entrées et s’assurer qu’elles ne disparaissent pas du jour au lendemain.

Divisez vos entrées en 5 parts:

  • 1 part va à la vie de votre projet : vous allez enfin pouvoir faire des cartes de visite, des flyers, un site internet sur mesure, ou encore plus simplement, embaucher.
  • 1 part va dans votre poche : c’est l’occasion pour vous de tirer profit de votre investissement personnel.
  • 1 part va à votre expertise : achetez des livres portant sur votre domaine d’activité, de préférence ceux qui vous permettraient de vous spécialiser.
  • 1 part va à financer la relève : créez une bourse étudiante, vous allez attirer l’intérêt et vous pourrez aider quelqu’un qui a un projet qui vous parle ou que vous avez envie d’aider.
  • 1 part va à une association : trouvez une association qui lutte pour quelque chose qui vous parle et soutenez-là; c’est un geste simple, qui vous paraîtra anodin et qui, pour autant, ne l’est pas.

Vous n’avez pas encore de très grosses entrées ?
Dites-vous que vous devez investir au moins 5 € par mois dans chacune de ces parts.
Encore une fois, si vous n’avez pas 25 € par mois à investir, suivez une formation d’accompagnement !

L’avantage de cette répartition c’est que plus vous réalisez un chiffre d’affaire élevé, plus vous vous assurez que ça dure, mieux vous vivez et pouvez faire vivre vos proches, plus vous améliorez votre expertise (rappel : expertise = 5 livres lus sur un domaine précis + 10 000 heures de mise en pratique, ensuite c’est du bonus pour rester à jour), plus vous pourrez sponsoriser d’étudiant.e.s (et rien ne vous empêche de prévoir un contrat d’encadrement de la bourse avec un devoir de retour sur investissement), plus vous pourrez supporter des causes qui finiront par vous faire de la publicité, simplement en vous remerciant.

C’est un cercle vertueux, simple.
Il faut juste arriver à admettre que pour être riche, il faut savoir donner de l’argent aux autres.

Et là vous vous dites… oulà, mais t’imagine le temps que ça doit prendre par jour pour arriver à obtenir des fonds importants ?
20 minutes, 40 minutes maximum si vous bossez tout.e seul.e 😉

3 – Être riche en dépensant son temps avec parcimonie

Nous aimons bien dire que le temps est la seule véritable monnaie, parce qu’on peut seulement le dépenser.
Et du coup, quitte à le dépenser, autant que ça soit de la bonne façon.

Et passer 12h par jour à bosser encore et encore pour de maigres résultats, ça n’est pas une bonne façon de dépenser son temps.

Pour le cœur de votre activité, vous ne devriez pas dépenser plus de 20 à 40 minutes par jour (hors accueil des gens à votre boutique si vous vendez des produits, c’est entendu).

Alors comment on fait pour arriver à un tel résultat ?
On automatise.

Un enseignant (qui donnait des cours, écrivait des bouquins à tour de bras et arrivait encore à trouver des heures pour sa famille, ses loisirs, etc) a eu un jour cette phrase si significative :
« quelqu’un qui réussit est quelqu’un qui a la flemme ».

La flemme de passer des journées à écrire des courriers publicitaires que personne ne lira, la flemme de faire des choses pour lesquelles on n’est pas qualifié.e.s quand on peut s’associer à d’autres qui savent naturellement le faire, la flemme de faire inlassablement chaque jour la même tâche répétitive, quand on peut consacrer une journée à l’automatiser pour se libérer d’autant d’heures dès le lendemain.

Et tout ce beau temps libre, on peut le consacrer à bichonner les client.e.s qu’on a déjà (un coup de fil pour rien d’autre que demander des nouvelles, l’envie d’offrir spontanément un produit, etc) ou à lire pour repenser son activité sur certains points, ou à être chez soi, au calme, à faire ce que l’on désire, y compris rester sous la couette.

Finalement, être riche, c’est savoir dépenser son temps et son argent auprès des bonnes personnes.

Dépensez votre temps et votre argent comme si vous n’en aviez plus dès demain.
N’investissez que ce que vous avez déjà obtenu de l’activité dont vous voulez vivre et pas d’un prêt ou d’une économie précédente.
Economisez pour mieux ré-investir.
Respirez, souriez, vivez… l’argent ne fait pas le bonheur car le bonheur se crée, de toute pièce, de vos forces et de vos valeurs 🙂

Note :
Partager :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire