Clémence, une médaille d’honneur, un César, une Palme des accompagnantes !

ANNONCES

Clémence, le bijou pour les infirmières et les aides soignantes[1] !

Bonjour et bienvenue dans cette étude de cas en storytelling.
Au programme du jour, comment sublimer l’image d’un bijou pensé pour une cible très précise !

Le contexte de ce storytelling.

Pour cette prestation, notre client était un vendeur de bijoux.
Il avait une problématique simple : l’un de ses bijoux a été pensé pour les infirmières et les aides-soignantes, comme un hommage à ces professions; il lui fallait trouver le moyen de séduire une clientèle qui corresponde à cette cible ou cherche un bijou à offrir à cette cible.
Son objectif premier était de sublimer l’image du bijou, son objectif secondaire de créer une permanence d’association bijou / profession.

L’histoire proposée.

« Il n’est plus là.
Il nous a quitté cette nuit… »

Florence avait parlé mais Clémence n’entendait pas.
Elle se tenait là, devant cette chambre soudainement vide, tout le matériel de soin encore entre ses mains qui se crispaient lentement sur les serviettes de toilette, comme pour mieux toucher la réalité de la disparition de son patient.

« Clémence, je suis désolée mais il faut qu’on enchaîne, tu le sais… »

Elle le savait.
De moins en moins de moyens, de plus en plus de patients, de plus en plus d’insatisfaction de tous bords, la vie du personnel accompagnant et soignant c’était surtout beaucoup de râlerie, beaucoup d’émotions avec les plus faibles, un peu de joie quand on arrivait à travailler du côté de la maternité mais c’était plus rare.

Elle inspira un bon coup et se remit en route.
Madame Bergstein attendait aussi ses soins.
Elle allait parler avec fierté de ses petits enfants, puis avec tristesse et nostalgie de ses enfants qui ne venaient pas si souvent la voir.
Toilette, repas, un peu de chaleur humaine et il faudrait passer à la suivante.

La matinée défila à son habituel rythme infernal.
Un semblant de pause déjeuner et il fallait reprendre.

« Clémence, vous avez une minute ? »

Thierry, le chef de service en personne, était là, dans l’encadrement de la porte.
Avait-elle oublié un patient ?
Avait-elle commis une erreur avec la fatigue ?

« Ne vous inquiétez pas, tout va bien, ce sont justes les filles de Monsieur Daniels qui voudraient vous dire un mot. »

Elle le suivi jusqu’à une petite salle de repos où il les avaient installées.
Les deux dames la saluèrent d’un sourire chaleureux.

« Bonjour Clémence, pardon de vous déranger dans votre travail mais nous voulions vous montrer quelque chose, c’était une volonté de notre papa. »

Elle lui tendit un écrin de velours dans lequel reposait un collier fin, avec un pendentif alliant stéthoscope et cœur, maintenu au tour du cou par un petit cœur rouge sang.

« Pardon, c’est magnifique mais j’avoue ne pas comprendre en quoi cela me concerne
exactement ? » répondit-elle en tendant l’écrin aux deux sœurs.

Elles eurent un petit mouvement de recul, signifiant de la main qu’elle devait le garder.

« Cela vous concerne pleinement en fait.
Notre père a longtemps travaillé auprès d’un joaillier et ceci est son remerciement pour vos bons soins.
Il avait adressé à son ancien associé un croquis de ce bijou et une note.
Celle-ci disait : voilà Clémence, un bijou que je veux que tu crées pour toutes les infirmières, pour
toutes les aides-soignantes, pour toutes ces femmes qui mettent du cœur jusque dans le nôtre.
Je le veux dans des matières resplendissantes comme leur sourire, avec une pièce taillée
minutieusement à l’image de leur travail, avec un petit cœur qui, en se logeant dans le plus grand,
maintient tendrement tout cela en place, à l’image de notre vie qu’elles tiennent si bien entre leurs
mains, chaque jour. »

Elles sourirent de nouveau.

« Ce bijou, il l’a fait pour vous et pour toutes les autres femmes à votre image.
Portez le fièrement, il est votre médaille d’honneur, votre César, votre Palme. »

Indicateurs S.O.N.C.A.S.-E.

Sécurité : l’histoire ne met pas spécialement en avant un sentiment de sécurité et dénonce au contraire une certaine précarisation de la situation du personnel soignant mais c’est une exploitation de ce facteur.
Orgueil : l’orgueil (au sens positif du terme) du cœur de cible est clairement sollicité en conclusion de cette histoire.
Nouveauté : l’histoire ne met pas en avant une notion de nouveauté ni d’innovation.
Confort : on place volontairement la personne qui lit l’histoire dans l’inconfort du cœur de cible, c’est une volonté d’écho à la difficulté du métier que l’on associe au produit.
Argent : pas de référence spécifique ici.
Sympathie : la figure de Clémence attire nécessairement la sympathie; elle exerce un métier difficile, on sent son empathie et sa proximité à ceux qu’elle considère comme SES patients, sa peur de mal faire les choses et divers pressions; elle est nécessairement touchante.
-Environnement : pas d’approche spéciale de l’environnement au sens « vert » du terme.

Résultats : 4 / 7 indicateurs exploités.

Pourquoi cette approche ?

Ici, pas question de vendre un simple bijou puisque cette pièce devait être un hommage fort à une profession très souvent malmenée alors qu’elle est au cœur du quotidien de nombreuses personnes.
C’est pourquoi nous avons voulu partir sur une thématique « pour des femmes qui mettent du cœur jusque dans le quotidien des autres ».

Pour que cela soit possible, il nous fallait représenter la cible de notre client.
Ainsi, comme le bijou portait déjà un nom féminin, en choisissant de prénommer notre personnage de la même façon, l’hommage serait plus évident.

Ensuite il fallait pouvoir faire ressentir la difficulté du métier aux personnes qui liraient cette histoire.
En commençant avec un événement poignant, en « zappant » la matinée, en évoquant la pression et le devoir de rapidité, on donne le sentiment d’empressement nécessaire à adhérer aux émotions de Clémence.

La reconnaissance qu’elle reçoit en fin de texte a ainsi l’apparence complète d’un hommage, aussi bien par l’aspect du bijou que par l’histoire de sa création.


NOTES :

[1] Le client avait clairement défini le genre de sa cible, l’exclusion découle de ce choix et non d’un choix à la rédaction.

Vous pouvez retrouver le site de vente du bijou en cliquant sur l’image :

ANNONCES

MultiScopeStudio
A propos MultiScopeStudio 9 Articles
Agence de communication tribale, Multi Scope Studio SAS accompagne les particuliers comme les professionnels, les associations et toutes les organisations qui veulent ré-envisager leur communication, leur formation et leur management à travers un filtre plus humain.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*