Flash info sur les aides accordées aux pêcheurs

Le gouvernement a ignoré notre appel !

Un immense merci d’avoir signé notre demande au gouvernement de flécher les aides à la petite pêche côtière durement impactée par la crise liée au COVID-19.

Le 29 avril, nous avons officiellement fait parvenir aux Ministres Didier Guillaume et Edouard Philippe la lettre ouverte lancée par 390 pêcheurs, Chefs, poissonniers, associations, élus, scientifiques et soutenue par 15 000 citoyens afin d’allouer les aides en priorité à la petite pêche côtière et d’inclure toutes les parties prenantes dans les discussions, c’est-à-dire les associations de pêcheurs, les prud’homies, les scientifiques et les ONG.

En consultant uniquement le Comité national des pêches qui est verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a décidé d’ignorer notre appel. L’arrêt scandaleux publié le 2 mai dévoile en effet de quelle manière les aides pour la pêche débloquées dans le cadre de la crise du COVID-19 vont être attribuées.

BLOOM appelle à l’abrogation de l’arrêté

BLOOM s’insurge contre le mode de calcul de l’attribution des aides qui pénalise la petite pêche côtière et accorde un traitement de faveur à la pêche industrielle.

En effet, un seul critère a été pris en compte pour le calcul des aides : le chiffre d’affaires. Une aberration lorsque l’on sait qu’en France la petite pêche côtière ne représente que 22% des captures en valeur mais quelle couvre 52% des emplois du secteur.

Cette enveloppe va bénéficier principalement aux gros armements industriels pour lesquels aucun plafond maximal d’aide n’a été fixé. A l’inverse, la méthode de calcul retenue pour les bateaux de moins de 12 mètres instaure une indemnisation forfaitaire. Cette décision va désavantager les petits pêcheurs, en particulier ceux qui ont essayé de continuer à travailler pendant la crise afin de s’assurer des revenus.

Cette réalité inacceptable met une fois de plus le doigt sur le problème fondamental : seul le Comité National des pêches (CNPMEM) est consulté et cette instance est complètement verrouillée par les industriels.

Prenez le temps de lire toute notre analyse qui détaille davantage les mesures prises par le gouvernement et son entêtement à allouer l’argent public à une pêche destructrice.

Découvrez notre décryptage

BLOOM ne peut en rester là et demande l’abrogation de l’arrêté du 2 mai ainsi qu’une consultation plus large dans les plus brefs délais.

Nous vous tenons au courant de la suite de notre combat,

Merci de continuer à vous battre à nos côtés,

A très bientôt

L’équipe de BLOOM
Alexia, Céline, Fanny, Frédéric, Isaure, Jasmina, Lætitia, Mathieu, Sabine, Valérie


Communiqué original de BLOOM
Optimisé pour le référencement

Laisser un commentaire

MENU