La destinée des désolations, T2. VERDICT : toujours saisissant !

La destinée des désolations, T2. VERDICT : toujours saisissant !

« La destinée des désolations, tome 2 », un livre signé Arnaud Niklaus.

Comme j’aime beaucoup lire et que j’adore partager mes points de vue sur les lectures, je me suis dit qu’il serait sympa de proposer une parenthèse sur le site, un coin lecture, où je publierai les chroniques qu’on me commanderait.

Arnaud Niklaus m’a confié le deuxième tome de « La destinée des désolations » via SimPlement.pro.

La destinée des désolations T2 : la présentation officielle.

A peine arrivé dans La Grande Cité, que les problèmes sont au rendez-vous pour Casey Alexander ! Le gouvernement en place est renversé par un coup d’état des rebelles de John « Jésus » Carver. La dirigeante déchue au caractère bien trempé sera une allier de poids pour Casey, de même que son fidèle chef de la garde, Roland. On ne peut malheureusement en dire autant de Gwen, le jouet sexuel (ou copine?) d’Isabella… 

Ce second tome explosif de « La destinée des désolations » nous emmène dans les bas-fonds d’une humanité perdue… Alors ? Prêt à reprendre une part de désolations ?

Ma réaction à la présentation.

J’avais bien aimé le premier tome, alors il est évident que j’ai hâte de lire la suite, surtout quand on parle de problèmes qui sont au rendez-vous !

La destinée des désolations, tome 2 : qu’en penser après la lecture ?

Dans ma chronique du premier tome, je vous expliquais les enjeux du format très atypique choisi par l’auteur et je maintiens ici que c’est le principal critère pour vous faire adhérer ou non à son oeuvre.

Maintenant, a priori, si le deuxième tome vous intéresse c’est que le premier vous a plu, alors parlons de l’évolution de l’univers.

Un fond qui se maintient pour mieux nous presser.

On reprend les protagonistes là où on les a laissé.
Petit à petit les ponts entre les personnages et la temporalité se mettent en place, dévoilant un pan un peu plus avancé de la toile de fond, sans pour autant rendre tout compréhensible, abordable, on continue donc de nager dans le brouillard, parfois partagé par les personnages, comme pour mieux renforcer notre proximité à chacun d’eux.

Une forme toujours aussi travaillée.

La forme est semblable à celle du tome 1.
On reste dans du format court qui permet de nous garder sous la même pression que celle vécue par les personnages.

Une seule différence, quelques petites coquilles et fautes de frappes perçues à la lecture mais rien qui empêche une lecture agréable du contenu.

A la fin, on a toujours progressé dans l’histoire et une envie folle de lire une suite refusée par la FIN qui s’annonce toujours trop tôt à notre goût; il paraît que plus on attend, meilleur c’est, la suite sera donc sans doute aussi succulente que ces deux premiers tomes !

Une réalité qui tend à devenir plus dure ?

A noter que j’ai trouvé ce tome plus cru encore que le premier.
Il évoque un traumatisme profond d’un personnage après lui avoir fait traversé une épreuve douloureuse qui appelle, encore une fois, à changer régulièrement l’approche des protagonistes et à toujours plus d’humanisme et de compassion.

J’aime… un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout ?

A nouveau, j’ai aimé passionnément.

L’univers est toujours aussi authentique, le rythme travaillé et l’écriture à la fois souple et excellemment bien tournée.

Je suis de plus en plus convaincue par le format atypique retenu; cela cultive une frustration qui nourrit finalement bien le récit.

Et j’attends comme une gosse impatiente la suite !
C’est peut-être là où le bat blesse (pour l’auteur en tout cas) : il faut écrire vite pour compenser l’état de manque des lecteurs/rices.

Mais la qualité du récit et de l’histoire sont d’une qualité qui justifie pleinement le temps que prendra l’auteur entre chaque tome !

Remerciements et autres infos utiles

Un énorme merci à Arnaud Niklaus pour cette opportunité renouvelée.
Je suis toujours conquise par le style et je pense que cette saga a vraiment de quoi s’inscrire durablement dans l’histoire de la littérature !

Vous avez aimé cette chronique et vous avez envie d’acheter le livre ?
Vous pouvez le trouver sur Amazon, pour la fortune de… 0.99 € au format Kindle (numérique).

Julie FERRIER
A propos Julie FERRIER 28 Articles
Informaticienne d'étude conduisant des recherches complémentaires en communication et en tribalité, Julie dispense des cours publics dans le supérieur en tant qu'enseignante vacataire ainsi que des cours privés des classes primaires aux classes préparatoires. Elle se définit comme "solutionneuse" et a pour but fondamental de contribuer à une démocratisation de l'accès à la connaissance et au partage de connaissances sans discrimination aucune.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*