Le règne de l’Empereur. Tome 1 : le skyraff. VERDICT : éblouissant !

Le règne de l'Empereur. Tome 1 : le skyraff. VERDICT : éblouissant !

Le skyraff, une oeuvre de Thomas et Florence Gindre.

Comme j’aime beaucoup lire et que j’adore partager mes points de vue sur les lectures, je me suis dit qu’il serait sympa de proposer une parenthèse sur le site, un coin lecture, où je publierai les chroniques qu’on me commanderait.

Marathon Editions m’a confié la nouvelle édition du « Skyraff », Tome 1 de la saga « Le règne de l’Empereur », via SimPlement.pro.

Particularité qui m’a tout de suite marquée : ce livre est le produit de deux personnes mais il ne s’agit pas de co-écriture classique sinon de l’imagination d’un fils portée par la plume d’une mère.

Allons à la découverte de cette aventure fantastique !

Le skyraff : la présentation officielle.

L’Empereur Narnienn domine le monde des Hommes depuis deux cents ans. Sa soif de pouvoir est immense ; les nains et les elfes ne peuvent que craindre pour leur territoire.
Au cœur des montagnes du Nord, le jeune Espa reçoit un œuf mystérieux. Un loup ailé en éclot : un skyraff. Ensemble, ils seront emportés malgré eux dans une succession d’aventures. Ils devront faire face aux troupes de l’Empereur et ne compter que sur eux-mêmes.

Inspiré par ses lectures (Eragon, Percy Jackson, Les chroniques des mondes émergés…), Thomas imagine la trilogie « Le règne de l’Empereur » à son entrée au collège. En 2014, alors qu’il a 12 ans, sa mère, Florence, prend la plume pour écrire l’histoire qu’il lui raconte, celle du premier tome, « Le skyraff ». L’aventure du continent d’Espa devient alors une aventure familiale.

Cette nouvelle édition comporte des ajouts de paragraphes, de chapitres par rapport à la version précédente.

Ma réaction à la présentation.

Déjà, la simple façon dont l’idée a été concrétisée et la mise en oeuvre globale m’ont donné envie de lire ce livre !
Je trouve que c’est là une première aventure totalement fascinante !

Ensuite, ayant commencé à embrasser mes propres passions au même âge, j’ai eu une envie fulgurante de savoir ce que cela pouvait donner dans un autre domaine, porté par un duo familial.

Enfin, je ne peux qu’apprécier les références de Thomas, reste donc à voir si l’inspiration a été trop présente ou si elle a été justement dosée.

Le skyraff : qu’en penser après la lecture ?

C’est excessivement impressionnant !

Même s’il est évident que la pensée a nécessairement été modelée, assouplie quelque part par la plume, le résultat est réellement éblouissant, tant dans le fond que dans la forme !
Discutons-en plus en détails.

Un fond inspiré mais pleinement réapproprié et donc unique.

Si le livre trouve effectivement le même public qu’Eragon ou Percy Jackson dont on ressent le plus les inspirations, les idées de Thomas ont néanmoins un univers retravaillé, remanié, qui embrasse une vision unique des choses.

Ses personnages sont saisissants, très attachants et ne tombent dans aucune facilité, aucun cliché des univers fantastiques.

Mieux encore, le récit n’hésite pas à trancher les scènes qui risqueraient d’être trop douces avec des événements frappants, meurtrissants, attristants, comme pour nous happer dans ce monde à travers de dures réalités.

Une forme qui sert parfaitement l’histoire.

Si le récit est habile, la forme l’est tout autant.

Des chapitres juste assez courts pour que notre curiosité nous pousse à les enchaîner, des phrases bien tournées sans être ni trop sophistiquées ni pas assez, un vocabulaire à la hauteur du public large que l’oeuvre va indéniablement séduire, le rendu est parfait.

Cerise sur le gâteau, le prologue comme le chapitre premier sont écrits tous deux d’une manière qui inclut le lecteur mais avec une approche différente malgré tout, qui retient d’autant mieux notre regard sur les premières pages, pour mieux nous enchanter par la suite.

J’aime… un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout ?

J’ai aimé à la folie, d’une folie plus douce que Les Chroniques des Altori, pourtant plus qu’une simple passion hivernale.

De la même façon que Christopher Paoini m’avait fait rêver avec Eragon, Thomas nous saisit de son histoire, parfaitement inscrite par la plume de Florence dans l’histoire de la littérature.

Souhaitons à cette saga un meilleur sort cinématographique qu’Eragon si l’aventure devait se poursuivre en ce sens; elle le mériterait en tout cas !

Remerciements et infos utiles.

Un grand merci à Marathon Editions pour cette proposition de lecteur et à Thomas et Florence Gindre pour cette oeuvre fascinante !

Si vous avez aimé cette chronique et que vous avez envie de lire ce livre, sachez que vous pouvez vous le procurer chez Amazon au format Kindle (numérique) pour 5.90 € Broché pour 15.90 € !

Julie FERRIER
A propos Julie FERRIER 24 Articles
Informaticienne d'étude conduisant des recherches complémentaires en communication et en tribalité, Julie dispense des cours publics dans le supérieur en tant qu'enseignante vacataire ainsi que des cours privés des classes primaires aux classes préparatoires. Elle se définit comme "solutionneuse" et a pour but fondamental de contribuer à une démocratisation de l'accès à la connaissance et au partage de connaissances sans discrimination aucune.

2 Commentaires

1 Rétrolien / Ping

  1. Chronique de Multi Scope Studio : Le skyraff - Marathon Editions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*